Quand les community managers se font prendre à revers

Gérer la communication d’un club de football, réputé de surcroît, n’est pas une chose facile, et bien que la majorité des followers d’un club soit supportrice du blason, les réseaux sociaux sont accessibles à tous. Alors, quand souvent l’interaction entre le community manager et la communauté de fans tombe automatiquement dans la béatitude et l’amour du club, il arrive parfois que les choses soient plus compliquées à gérer, et que les réactions ne soient pas celles escomptées. Et ça, même les grands clubs n’y échappent pas.

C’est ce qui est arrivé à deux grands clubs de renommée mondiale très récemment : Manchester City et le Paris Saint-Germain.

Le club de Pep Guardiola, qui survole actuellement le championnat d’Angleterre, avait lancé via son compte Twitter une opération de communication spécialement prévue pour la Saint Valentin. Ainsi, le 14 février, le compte du club demandait aux followers de compléter un poème repris de « Roses are red, Violets are blue », très connu du web.

Mais voilà, le poème, détourné de l’original, commençait par « Roses are red, Manchester is blue.. ». Un excès d’enthousiasme qui a mené à ce que de nombreux fans du club rival, Manchester United, répondent en masse pour démontrer que les Red Devils étaient bien les plus fervents de la ville. Petite sélection :

Une viralité qui a atteint des sommets après la victoire de Wigan (D3) sur Manchester City en Cup sur un but du fameux Will Grigg

Le club du PSG, quant à lui, a lancé le 20 février son habituelle campagne #Ask, demandant aux followers de poser des questions décalées à un joueur. Tous les joueurs y sont soumis, et malheureusement parfois les plus décriés. C’est ce qui est arrivé ce 20 février avec la campagne #AskKurzawa, où le latéral gauche souvent décrié cette saison devra peut-être répondre à des questions peut-être trop décalées à son goût. En tout cas, les questions les plus plébiscitées n’ont pas pour objectif de le mettre en valeur. A voir si le joueur saura faire preuve d’auto-dérision…

 

Comments

comments