André-Pierre Gignac : l’amour à distance

Tigres' French forward Andre Pierre Gignac (R) celebrate with teammates after winning the final match against Leon and the Mexican Clausura tournament 2019 at the Leon stadium on May 26, 2019, in Leon state of Guanajuato, Mexico. (Photo by PEDRO PARDO / AFP)

Nous sommes le 13 juillet 2019, et le natif de Martigues est à Los Angeles pour recevoir des mains de la Ligue Mexicaine de Football non pas un, mais bien deux Ballons d’Or (dont c’était la première cérémonie). En plus de recevoir logiquement celui du meilleur buteur de la saison avec 20 réalisations, il reçoit celui de meilleur attaquant de la saison, élu par ses pairs.

Un succès sportif qui n’avait pourtant rien d’évident au départ de son aventure mexicaine, mais qui aujourd’hui s’accompagne d’une popularité médiatique des deux côtés de l’Atlantique. Zoom sur la success story d’APG.

 

 

Le goût de l’aventure

Revenons quatre ans en arrière. La saison 2014/2015 vient de s’achever, et les adieux du Vélodrome pour son attaquant star sont déchirants. Le contrat de Gignac arrive à son terme et ne sera pas reconduit d’un commun accord. Celui qui finira sa saison sous une ovation indescriptible du public marseillais et avec la bagatelle de 21 buts sur la saison conclut un chapitre pour en ouvrir un autre, plus surprenant, avec les Tigres de Monterrey.

A l’époque, la communication de « Dédé » Gignac sur les réseaux sociaux est plutôt minimaliste, le joueur se lançant à peine dans le monde digital, se contentant de quelques posts par an et de sa réussite sportive pour assurer sa renommée auprès du public français. Mais tout va changer à partir de son départ.

 

Le choix de la passion

APG prend donc le football européen à contre-pied à la fin de la saison 2015 et décide de rejoindre le club des Tigres de Monterrey. Sa première saison se conjuguera au plus-que parfait : 35 buts en 46 matchs, son meilleur total jusqu’à présent sur une saison, le club terminant d’ailleurs champion du Mexique cette année-là. La machine Gignac est en marche, boostée par un pays où la passion du football contamine tout un peuple.

Cela se ressent d’ailleurs sur la communication du joueur, dès lors beaucoup plus récurrente et basée sur des valeurs distinctes : sa passion pour le football et celle pour sa famille. Dans un pays qui adule les footballeurs, il entre dans le cercle fermé de ces joueurs ayant une communauté plus forte que leurs propres clubs.

 

 

A coup de golazos et à l’aide d’une communication passionnée, Gignac se construit un statut de star. Aujourd’hui proche du million d’abonné sur Instagram et carburant à 130 000 likes de moyenne contre 10 000 lors de ses meilleures années marseillaises, le phénomène Gignac est visible jusqu’en France, un pays avec qui Gignac n’a pas rompu les liens, bien au contraire.

 

La nostalgie du Vieux Port

Se décrivant sur son profil comme ayant le « sang bleu et blanc » et comme étant « A jamais Marseillais », André-Pierre Gignac cultive également dans sa communication un lien très fort empreint de nostalgie avec le peuple marseillais, très actif sur les réseaux sociaux, comme si son aventure dans la cité phocéenne était inachevée. Une belle aventure qui coïncide avec sa dernière saison dantesque à Marseille, où Marcelo Bielsa et ses joueurs auront titillé pendant une bonne partie de la saison l’ennemi parisien.

 

 

C’est donc sur ces leviers aussi bien mexicains que phocéens qu’APG va s’appuyer pour développer une image de footballeur carburant à la passion du jeu, image qui colle parfaitement avec ce qu’attendent les fans mexicains, dans un championnat où le niveau de jeu n’est certes pas celui du top de la Ligue 1 Conforama, mais où l’intensité sur le terrain et dans les tribunes n’a rien à envier au stade Vélodrome.

Les médias français y verront d’ailleurs un formidable sujet de reportage. L’émission « Intérieur Sport » consacrée à l’attaquant en 2017 (cf ci-dessus) reste d’ailleurs la plus vue avec l’épisode consacré à Kylian Mbappé. L’Olympique de Marseille décidera également de lui dédier un reportage sur sa chaîne YouTube en mars 2018, trois ans après son départ.

 

André-Pierre Gignac a donc trouvé son environnement pour développer une histoire authentique, où l’audience se fait toujours plus nombreuse autour de lui pour qu’il puisse exhiber sa personnalité passionnée par le ballon rond et raconter son parcours peu commun, et pour l’instant sans faute. Un nouvel exemple de gestion de carrière et d’image en parfaite symbiose.

 

Comments

comments